Conseils de lecture

CHEMINS ete 2015

Lesbre, Michèle

Sabine Wespieser Éditeur

16,00
par (Libraire)
7 mars 2015

Errance délicate

Le point de départ de ce nouveau roman est l’image d’un homme assis sous un réverbère, fumant la pipe et lisant un livre bien précis « Scènes de la vie de bohème » d’Henry Murger. Cette scène, sous le regard de la narratrice va déclencher un travail de mémoire. Car en observant cet inconnu, elle se souvient de son père dans la même position avec le même livre, qui était son ouvrage de référence, celui qui ne quittait pas son bureau, qu’il avait toujours sous la main. Cela va entrainer chez cette femme, une sorte de quête de la figure paternelle.
Comme elle vient d’accepter de garder la nouvelle maison de ses amis pendant leur absence, elle va s’y rendre par des chemins détournés, comme si elle faisait l’école buissonnière. Elle erre le long d’un canal et fait de multiples rencontres : un éclusier dont elle pourrait tomber amoureuse, un couple de bateliers avec qui elle va faire une partie du voyage sur leur péniche et un chien errant qui ne la quittera plus. Tous ces personnages vont lui permettre de se remémorer sa jeunesse et son enfance. Plus particulièrement, la présence de cet homme qui s’est introduit dans leurs vies, la sienne et celle de sa mère, elle avait déjà trois ans et sa mère lui présenta comme son père alors qu’elle ne l’avait jamais rencontré.
Ce père décédé trop tôt, elle n’a pas vraiment su l’aimer car ils n’ont pas toujours pris le temps de se comprendre. Enfin, il est temps de le redécouvrir, ce qu’elle fera tout au long de son joyeux périple, certes nostalgique mais surtout libérateur.
Car c’est à l’issue de cette promenade lumineuse qu’elle se libèrera totalement de celui qu’elle appelle son « intime étranger » pour enfin accepter ce père tel qu’il était.
Michèle Lesbre nous offre comme dans tous ses romans, une écriture sublime, poétique et sensible.
Un roman bouleversant sur la quête des origines qui nous rappelle avec une infinie douceur que nous avons tous des chemins intimes à parcourir encore.


Amours

Sabine Wespieser Éditeur

21,00
par (Libraire)
7 mars 2015

Petite merveille

« Amours » le dernier titre de Léonor de Recondo aux éditions Sabine Wespieser est pour moi un véritable coup de cœur autant pour le livre que pour l’auteur dont j’avais beaucoup aimé le précédent roman « Pietra viva » qui vient de paraître en format poche aux éditions Seuil. « Pietre viva » raconte quelques mois de la vie de Michel-Ange, Léonor de Recondo y interroge le mystère de la création et les obsessions de l’artiste.
Dans « Amours » Léonor de Recondo relate une histoire de femmes dans les années 1900, dans une maison bourgeoise du Cher. Le propriétaire des lieux, Anselme de Boisvaillant est notaire, il est marié à Victoire depuis cinq ans mais son épouse n’arrive pas à lui donner l’héritier tant attendu. Leur mariage était certes arrangé mais Victoire est jeune et belle. Pourtant celle-ci tellement corsetée dans ses dentelles, se sent comme cadenassée dans sa vie, et la musique qu’elle joue sur son piano ne suffit pas pour lui donner ce bonheur qui lui échappe désespérément.
Régulièrement, Anselme monte dans les combles de leur habitation, pour y retrouver Céleste, la jeune domestique qui n’a d’autre choix que de subir les ardeurs de son maître. Il faudra plusieurs semaines à cette jeune femme de 17 ans pour comprendre qu’elle est enceinte. Bien qu’elle tente de cacher sa grossesse pour ne pas être renvoyée, la maitresse de maison Victoire comprend les méfaits de son mari et décide de prendre sa destinée en main. Cet enfant sera le sien et Céleste qu’il l’a porté, restera à ses côtés. Les convenances bourgeoises laisseront alors place à la force des sentiments et aux amours cachés.
Léonor de Recondo nous décrit ces destins de femmes tout en finesse. C’est en violoniste virtuose qu’elle y rythme ses phrases dans une musicalité parfaite, une justesse des mots, une subtilité et une sensualité poétique.
« Amours » est un roman sur les secrets de famille, sur la maternité mais aussi sur la liberté des corps et l’éducation des jeunes filles au début du XXe siècle, celles qui lisaient en cachette Madame Bovary en s’identifiant à Emma.


La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel
19,00
par (Libraire)
15 février 2015

UN CONTE "PUERTOLASIEN"

« La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel » (vous remarquerez que Romain a un don pour les titres à rallonge, plutôt évocateurs) c’est un roman sur l’amour, l’amour d’une mère qui peut soulevait des montagnes ou bien apprendre à voler par exemple.
L’histoire est celle de Providence qui est facteur à Paris, (elle ne veut pas que l’on dise factrice), en vacances au Maroc elle fait la connaissance d’une petite fille Zahera qui est hospitalisée depuis des mois, elle souffre de mucoviscidose, elle est orpheline et lutte toute seule dans cet hôpital. Providence va lui promettre de venir la chercher et de l’adopter. Mais les démarches sont bien longues, quand enfin elle a tous les papiers, Zahera est à bout de souffle, il est vraiment urgent de la rapatrier pour la faire soigner au plus vite à Paris.
C’est à ce moment-là que le volcan islandais se réveille et que l’immense nuage de cendres qui s’en échappe, empêche les avions de décoller. Providence est désespérée, l’état de sa fille est alarmant. Il faut trouver une solution dans l’urgence pour la ramener.
Et c’est là que toute la magie de Romain Puertolas opère, qu’inventera-t-il pour que Providence et Zahera puissent enfin se rejoindre et surtout pour que Zahera ait toutes les chances d’être soignée au mieux. Je vous laisse imaginer mais surtout je vous invite à lire ce conte « Puertolasien ». Romain Puertolas a dans ce roman écrit sur deux sujets sérieux : la maladie et l’adoption tout en y apportant sa touche d’humour, de légèreté et de loufoque. Mais en y mettant beaucoup de tendresse et d’amour. C’est un livre qui fait du bien et c’est bien là le plus important.


Le roi disait que j'étais diable, roman
19,00
par (Libraire)
15 février 2015

UNE FEMME LIBRE ET REBELLE

Clara Dupont-Monod dans son roman nous raconte la légende d’une femme de caractère : Aliénor d’Aquitaine. « le roi disait que j’étais diable » était la formule utilisée par l’Evêque de Tournai pour la qualifier, elle qui se voulait libre et rebelle.
Ce roman « Le roi disait que j’étais diable » permet à tous de revisiter cette période mouvementée de l’histoire de France tout en appréciant l’imagination de Clara Dupont-Monod qui a merveilleusement comblé les vides de nos archives.

L’auteur nous plonge dans le XIIe siècle au côté de Louis VII, jeune-homme qui menait une vie monacale c’est dire s’il n’était pas destiné à être roi. Pourtant il monte sur le trône de France à 16 ans à peine, après la mort de son père et le décès accidentel de son frère Philippe. Une épouse lui a été choisie, il faut assurer la descendance du royaume. Ce sera Aliénor d’Aquitaine, jeune-femme de 13 ans. Fille du Sud, attachée à sa terre et à ses troubadours, - elle est la petite-fille du troubadour Guillaume IX d’Aquitaine qui célébrait l’amour courtois et accueillait les poètes à la cour de Poitiers – Aliénor défie tous ceux qui s’élèvent face à elle, elle est une véritable forteresse. Mais Louis est immédiatement sous l’emprise de sa belle promise.
En donnant tour à tour, la parole au roi Louis VII et à son épouse Aliénor, Clara Dupont-Monod invente les premières années de ce couple improbable à la Cour de France, en s’appuyant sur la véritable chronologie historique des événements. Elle nous dessine les pages de cet amour impossible entre deux êtres que tout sépare. Aliénor est une héroïne fougueuse et indomptable qui aime la guerre, alors que le roi Louis est faible, éperdument amoureux et ne souhaite rien d’autre que la négociation. Elle l’incitera à prendre les armes et l’ entraînera jusqu’aux croisades. Un jour les pas d’Aliénor croiseront ceux d’Henri de Plantagenet et de Reine de France, Aliénor deviendra Reine d’Angleterre mais ce sera un autre livre.
Belle découverte !


Manet, le secret

Chauveau, Sophie

Éditions Télémaque

22,00
par (Libraire)
15 février 2015

MANET LE SECRET

Sophie Chauveau en spécialiste du roman biographique s’attache en véritable enquêtrice à nous restituer la vie de ce peintre de génie qu’était Edouard Manet. Bien entendu, une grande part de son existence demeure méconnue donc l’auteur a imaginé les moments qui auraient pu être les siens.
Edouard Manet est né en 1832, dans une famille bourgeoise et catholique dont le père Auguste était un homme strict qui ne supportait pas l’indiscipline, il n’imaginait rien d’autre que des études de droit pour son dernier fils. Mais Edouard envisageait son avenir bien différemment, il voulait devenir peintre. Pour son père « un Manet artiste serait un déshonneur ! » Pourtant peu à peu Edouard va acquérir cette assurance du haut de ses dix-sept ans lui permettra de faire face à son père et de prendre sa vie de futur peintre en main.
Certes, il n’en pas fini de provoquer les siens aussi bien au sein du clan familial que ses Pères en peinture qui années après années le refuseront dans les salons. Ses Tableaux font scandales, sa peinture est bien trop réaliste pour l’époque en effet Manet refuse d’embellir ce qu’il peint.
Manet mènera une double vie jusqu’à la mort de son père Auguste, cet homme auquel il n’osera jamais avouer sa liaison avec une jeune hollandaise protestante qui lui donnera un fils, ce fils caché qu’il ne reconnaîtra qu’au titre de filleul durant toute sa vie, mais dont le portrait figurera dans beaucoup de ses peintures.
Sophie Chauveau dans « Manet le secret » nous éclaire sur la vie de ce fabuleux peintre, un des pères de l’Impressionnisme, qui a vécu entouré de personnages célèbres comme Baudelaire et Zola mais aussi Renoir, Degas sans oublié la fidèle Berthe Morisot, sa complice.
Mais je ne vous en dévoilerai pas davantage, je vous invite à découvrir non seulement la vie du peintre scandaleux qu’était Edouard Manet mais aussi les grands bouleversements de cette époque comme les grandes transformations de Paris par le Baron Haussmann et la guerre de 1870.
Un formidable roman.